Accueil SociétéArt Comment Beethoven composait alors qu’il était sourd ?

Comment Beethoven composait alors qu’il était sourd ?

par Alma
403 vues
beethoven

Ludwig van Beethoven, l’un des compositeurs les plus célèbres de tous les temps, a créé certaines des œuvres les plus emblématiques de la musique classique, malgré un obstacle majeur : il est devenu progressivement sourd tout au long de sa vie. Son génie musical et sa détermination à surmonter cette épreuve ont fasciné des générations de mélomanes et suscité de nombreuses questions sur la manière dont il a pu composer de la musique sans entendre les sons. Dans cet article, nous allons explorer la vie extraordinaire de Beethoven, sa surdité croissante et les techniques qu’il a utilisées pour continuer à créer de la musique malgré ce handicap débilitant.

L’ascension du génie musical

Beethoven est né à Bonn, en Allemagne, en 1770, dans une famille de musiciens. Très tôt, il a montré un talent musical exceptionnel, et son père l’a poussé à développer ses compétences au piano et au violon. Il a rapidement été reconnu comme un prodige du clavier et a commencé à composer ses propres œuvres dès son adolescence. Son ascension rapide dans le monde de la musique l’a amené à Vienne, où il a étudié auprès de grands maîtres tels que Haydn et Salieri, consolidant ainsi sa réputation de génie musical.

Les premiers signes de surdité

Vers l’âge de 26 ans, Beethoven a commencé à remarquer des problèmes auditifs. Il souffrait de bourdonnements d’oreilles et d’une perte progressive de son audition. Malgré la gêne occasionnée, il a gardé le secret sur sa condition pendant de nombreuses années, craignant que cela ne nuise à sa carrière naissante. Cependant, au fil du temps, sa surdité s’est aggravée, et il a finalement dû faire face à la réalité inéluctable.

L’isolement et la désillusion

La surdité de Beethoven l’a plongé dans un isolement douloureux. Il s’est éloigné de la société, évitant les conversations en raison de sa difficulté à entendre et à comprendre les mots des autres. Cela l’a conduit à un état de désillusion et de dépression, comme en témoignent ses célèbres lettres à ses amis, connues sous le nom de « Testament de Heiligenstadt ». Dans ces lettres, il exprime sa solitude, sa frustration et sa détermination à surmonter son handicap pour continuer à créer de la musique.

La musique de l’âme

Malgré la détérioration de son audition, Beethoven a puisé une force incroyable dans sa musique. Il a développé une technique innovante pour composer : en plaçant une baguette ou un crayon entre ses dents et en le fixant sur le chevalet de son piano, il pouvait sentir les vibrations des notes et ainsi les transposer dans son esprit. Il a également intensifié ses capacités de lecture labiale pour communiquer avec ses amis et interprètes.

Facebook Comments

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Politique de confidentialité & cookies